BIO

André JOUANNIC - Artiste Sculpteur










Sculpteur et architecte, André Jouannic était un défenseur du patrimoine religieux. Il est décédé en mai 2010. Sa femme, Michèle, et son ami, Michel Dréan, sont aujourd'hui les gardiens de sa mémoire. Dès son jeune âge, ce fils et petit-fils d'exploitant de carrière de granit se découvre un réel talent pour la sculpture de la pierre et du bois. Un Jésus en sabots de bois pour Timadeuc À 13 ans, il réalise un Saint-Joseph avec un Jésus en sabots de bois pour l'abbaye de Timadeuc, puis un Saint-Arnould pour la fontaine de Saint-Allouestre. Dès lors, il exprime une réelle passion pour l'art religieux et met son talent de sculpteur au service de sa foi et de son idéal. Ses maîtres seront les sculpteurs, imagiers du Moyen-Âge breton pour ses saints, ainsi que les primitifs italiens ou flamands de cette même époque pour ses Vierges en polychromie. S'il s'en inspire, il crée aussi beaucoup et a réalisé des centaines de statues ou monuments religieux, autant pour les chapelles que pour les personnes privées. C'est dans sa statuaire et ses monuments de plein air qu'il donne libre cours à son imagination et à son esprit créatif, ceci pouvant aboutir à des formes plus épurées, plus modernes, plus contemporaines, mais toujours très abouties. Meilleur ouvrier de France en 1963 Meilleur ouvrier de France en 1963, lauréat de l'exposition d'art à Paris en 1965, il a participé à de nombreuses expositions en France et à l'étranger. Sa rencontre, en 1953, avec Gérard Verdeau, fondateur de l'association Breiz Santel, a été prépondérante. Tous deux deviennent inséparables et partagent cette même passion pour la sauvegarde du patrimoine religieux breton. Travail à l'ancienne Travailleur infatigable, André Jouannic se fait remarquer par son opiniâtreté sur les chantiers de restauration de chapelles et de fontaines mettant toute son énergie et son talent au service du mouvement. «André a mis toutes ses forces, son talent, son pouvoir créatif au service de son art et de son idéal. Il était l'un des derniers sculpteurs imagiers bretons travaillant à l'ancienne, à la façon de ses grands aînés du Moyen-Âge», conclut Michel Dréan.


Expositions

Presse

https